Blog

Prendre la route Jake : Le chemin est long

Hit the road Jake: Long way out | Hammer Tackle

Serré d'un poing glacé
Scellé l'horizon
Aucune brise ne me portera
Le chant solitaire des oiseaux

Nous sommes fin mars, je suis assis dans le salon chaleureux avec un café et je regarde pensivement les rues pluvieuses. Mes yeux reflètent un monde qui semble froid, humide et même complètement inhospitalier. Cela me choque toujours quand je réalise combien de temps cette mélancolie a duré. Depuis novembre, la vie est caractérisée par des restrictions, un déficit d’interaction sociale et une liberté de mouvement limitée. Je n'ai même pas fait la connaissance d'autres étudiants pendant le semestre, qui s'est déroulé entièrement en ligne. La chaleur du salon me dérange presque, car elle dégage un confort que je recherche en vain en moi-même. Combien de temps encore pour nous convaincre que les cours en ligne sont une alternative sérieuse aux études ? Que vous pouvez également entretenir des contacts sociaux via Skype et que les rencontres en ligne sont « la voie à suivre » ? La peur plane partout dans l’air. En parler me semble alors fatal. Néanmoins, je le remarque partout, y compris moi-même. Ne pas être capable de réaliser son propre potentiel est une torture...

Tous les quelques jours, le soleil apparaît entre les nuages ​​et me permet d'oublier ce monde fou pendant quelques heures. Je peux transformer la frustration en force sur le rocher et respirer profondément sur l'eau. Être dehors, c'est comme une guérison pour moi, sans cela je deviendrais probablement fou. Chaque minute que je passe au calme dans la nature me montre ce qui est vraiment important pour moi. L'attitude face à la vie, la liberté, l'ambition sportive, l'immersion dans un monde souterrain, un monde qui ne repose pas sur la folie des gens.

Les jours passent, les semaines passent, le printemps approche. Lors d’une des premières journées chaudes, je décide d’explorer les environs. Même s'il pleuvait et qu'il y avait du vent auparavant, aujourd'hui le soleil brille après une matinée glaciale et me fait sourire. Les oiseaux gazouillent, les senteurs florales flottent dans l’air, un T-shirt suffit au soleil. Je respire profondément l'air frais, quel soulagement après toutes ces heures maussades. Je me sens légère, je danse sur les sentiers étroits au bord de l'eau et je profite de ma vitalité.

Je me fraye un chemin à travers les buissons près d'un petit étang de carrière, limpide et entouré de grands immeubles. En fait, j'aperçois une carpe écailleuse dans les bois épais. J'arrive immédiatement avec une boîte de maïs. J'ajoute rapidement une poignée de nourriture à quelques endroits et j'attends avec anxiété. Un peu plus tard, mon cœur bat dans ma gorge car environ huit carpes différentes se nourrissent à tour de rôle sur l'une des petites stations d'alimentation. Le seul problème : il y a tellement de branches qui dépassent dans l'eau que je ne pourrais que très difficilement plonger l'épuisette dans l'eau. Peu importe, il faut que ça marche maintenant. En serrant la main, je laisse les grains de maïs tomber sur une ligne libre et je retiens mon souffle.

Cela prend quelques minutes, puis l'endroit est à nouveau occupé à manger. Les carpes nettoient l'endroit vide, grain par grain. Du coup, tout arrive très vite. L’un des plus petits écailles tire en avant et inhale mon appât. La butée est en place et de toutes mes forces je tire le bateau dans l'épuisette. Enfin, le premier de cette année. Je n'aurais pas pu rêver d'une meilleure façon de l'attraper. Fou de joie, je saute de joie et laisse l'écaille brun noisette nager à nouveau après quelques photos.

Deux jours plus tard, je suis allé chez mon ami Moritz dans la belle ville de Görlitz. Ici, une petite rivière pittoresque forme la frontière avec la Pologne. Bien sûr, je devais essayer. Je suis arrivé tard dans la soirée après trois heures de route. J'ai rapidement étalé mes deux cannes dans le marigot au-dessus d'un barrage, nourri une grande main de bouillettes coupées en deux et me suis allongé sur mon oreille. En m'endormant, j'ai imaginé à quel point ce serait agréable d'être réveillé par un beau miroir vers 8h30. Non, je ne veux pas avoir de telles attentes, me suis-je dit et je me suis endormi, épuisé. La nuit était calme et avec le soleil levant j'étais de nouveau sur pied. Je me suis émerveillé devant les environs dans la bonne humeur, car un immense viaduc traverse la rivière à quelques encablures en amont. Quel cadre fantastique.

Le soleil sur le visage, je m'allonge sur la chaise longue et je m'endors progressivement au son du chant des oiseaux. Il était un peu moins de neuf heures quand, sortie de nulle part, une course impitoyable a fait évaporer ma rêverie matinale. Un peu incrédule, car je ne m'attendais pas à une morsure, je perce mon adversaire en colère en tremblant les genoux. Peu avant l'épuisette, je me rends compte que la carpe dont je ne m'étais pas permis de rêver hier est en réalité accrochée à l'hameçon. Fou !!

Peu de temps après, Moritz est arrivé et nous avons célébré le poisson. Le café coulait à flots à tel point que nous avons couru à travers les événements mondiaux pendant le reste de la journée avec une énergie incontrôlable. Le petit rêve d’une photo parfaite devant le viaduc s’est bien sûr réalisé et le grand sourire n’a jamais quitté mon visage. Quelle belle matinée après un hiver si long et si froid...

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

En lire plus

Lucas à la recherche de la magie: Retour sur le barrage | Hammer Tackle
Lucas à la recherche de la magie: Déroule et stalking en barrage | Hammer Tackle