Blog

Vantastic Lukas : Le road trip continue

Vantastic Lukas: Der Roadtrip geht weiter | Hammer Tackle

En raison du mauvais temps annoncé, Bruno et moi avons décidé de mettre le cap vers le sud dès la deuxième semaine de notre « road trip »…

Bloqué

Un peu incertain, j'ai emprunté le chemin forestier détruit, qui était dans un état encore pire à cause de la pluie de la veille. Avec l'aide de Bruno, j'ai sorti ma camionnette surchargée de la forêt sur le chemin de terre goudronné. Le nouvel itinéraire menait à un lac légèrement plus petit qui m'était inconnu, à seulement environ une heure de route. La mauvaise signalisation au bord du lac nous a conduits dans une impasse étroite dont nous ne pouvions sortir qu'en faisant lentement marche arrière. Lorsque j’ai voulu utiliser une petite prairie pour faire demi-tour, j’ai encore une fois conduit habilement mon fourgon. Il n’y avait pas d’allers-retours car je maudissais ma traction avant comme je l’avais si souvent fait dans le passé. Heureusement je n'étais pas seul cette fois-ci et nous avons pu récupérer ma voiture à l'aide de mon câble de remorquage et de la voiture de Bruno. De mauvaise humeur, j'avais déjà pensé au lac lorsque mon système de navigation m'a guidé le long de la route jusqu'à la partie principale du lac et il s'est étendu devant nous dans une image complètement différente. Le feu en moi s'est à nouveau allumé et nous avons immédiatement cherché un point de glissement pour nous rapprocher le plus possible de l'eau. La zone nuageuse et peu profonde d'eau peu profonde que nous avons approchée pour la première fois est devenue l'une des eaux les plus claires et les plus turquoise que j'ai jamais vues dans le grand corps du lac. Nous voulions absolument essayer ce lac et avons rapidement chargé nos bateaux. Pendant le chargement, mon euphorie a de nouveau été atténuée par le message de deux passants : des voitures sont régulièrement cambriolées au bord du lac et il faut faire attention à nos camionnettes.

Le site de la jungle

Avec un sentiment de nausée, nous sommes sortis sur le lac, regardant l'eau claire. Une profondeur de visibilité de facilement trois mètres nous a donné une vue parfaite sur les rives sablonneuses et en partie rocheuses du lac. Nous avons pu apercevoir quelques poissons en traversant, mais nous nous sommes quand même dirigés vers la zone d'eau trouble et peu profonde. Les conditions semblaient idéales en raison des nombreux arbres en surplomb et de l'eau peu profonde et encore plus chaude. Après une longue localisation, nous avons choisi probablement l'endroit le plus inconfortable que le lac avait à offrir, mais il a marqué des points avec la possibilité de pêcher deux petites baies intéressantes dans lesquelles nous pouvions voir la plupart des carpes dans les arbres en surplomb pendant notre localisation. Ce n'est qu'à 9 heures du soir que les cannes étaient prêtes et à peine une heure plus tard, Bruno et moi avons eu une bouchée, presque au même moment où un vent soudain a commencé à souffler dans le tuyau d'arrosage. Les deux poissons ont atterri dans l'épuisette à des endroits complètement différents et, après avoir été décrochés, ont également atterri directement dans l'eau, car les deux poissons étaient des spécimens plus petits. Nous pêchions constamment des carpes dans notre zone de jungle, dont très peu dépassaient la barre des dix kilos. L'un des spots de Bruno s'est si bien déroulé que la canne mettait généralement moins de 15 minutes avant que le poisson suivant ne monte. Après deux nuits, nous nous sommes demandés si nous devions pêcher dans ce « jardin d'enfants » ou essayer un autre spot en eau libre, nous avons donc décidé à l'unanimité de changer de lieu. La perte de confort et l'ombre permanente à ce stade ont contribué à notre décision. Nous avons traversé presque tout le lac jusqu'au mur du barrage lorsque nous avons rapidement décidé de changer à nouveau l'eau car nous étions d'accord sur le fait que nous avions pêché la meilleure zone de l'eau.

De manière aussi erratique que ce printemps, j'ai également changé de destination au cours de notre tournée, alors après avoir rangé notre matériel, nous sommes montés dans les voitures...

Le voyage continue

Il y a quelques jours, nous avions en ligne de mire un lac comme destination finale de notre voyage de trois semaines ensemble, que j'ai pêché plusieurs fois et où je me sentais de plus en plus à l'aise. Sur le chemin vers le « Holzsee », il y avait quelques petites rivières discrètes qui étaient signalées par des zones de pêche nocturne et qui vous invitaient à une nuit rapide. Comme c'était le week-end de Pentecôte à cette époque et que le temps était également excellent, de nombreux autres pêcheurs sont venus dans les eaux et après de longues recherches, nous n'avons trouvé aucun endroit non exploité ni voie d'accès direct aux berges de la rivière. En fin d'après-midi, j'ai annulé l'escale prévue pour une « courte nuit » au bord de la rivière et nous sommes allés directement à Holzsee. Heureusement, j'étais en contact avec Michael, qui était au bord du lac à ce moment-là et m'a informé de la situation actuelle du travail. Nous avons donc roulé encore 1h30 jusqu'à ce que nous trinquions à nos retrouvailles avec une bière fraîche chez Michael's le soir. En notre présence, il a simplement sorti un grand miroir du bois !! Bonne merde mon ami !!

Dernier arrêt à Holzsee

Tout juste sortis de l'action avec Michael, Bruno et moi avons commencé à installer et à disposer les cannes à pêche à proximité. Jusqu'à la tombée de la nuit, j'ai présenté trois montages au bord d'un arbre que, comme dans la plupart des cas sur ce lac, j'ai placé en mode « crochet et maintien ». Trois pipits du matin m'ont fait sursauter de ma chaise longue et, avec ma canne pliée au pire, j'ai reculé de quelques mètres pour éloigner le poisson en colère du bois. Ensuite, j'ai dû monter dans le bateau pour débarquer le poisson en toute sécurité sur la berge. Le vent fort a rendu le forage du bateau encore plus difficile, mais en reculant contre les vagues, j'ai réussi à maintenir le cap du bateau. Lorsque le poisson gisait épuisé à la surface, je voulais le laisser dériver dans l'épuisette avec les vagues - peu de temps après, le moteur en marche a attrapé le filet, provoquant la rupture de la canne. Incapable de manœuvrer avec la tige pliée dans une main, j'ai essayé de libérer le filet du moteur avec l'autre. Dérivant dangereusement près de la forêt sous-marine, j'ai réussi à arracher le filet de l'hélice juste avant le début des arbres et à m'éloigner des obstacles à toute vitesse. Heureusement, Bruno s'est rendu compte de la situation défavorable et s'est dirigé vers moi à toute vitesse avec son épuisette. Le poisson était déjà plus que prêt à être pêché à la surface et a été capturé par Bruno alors qu'il passait devant. Quelle action !! Complètement excités, nous avons roulé lentement contre le vent jusqu'à notre rive et avons photographié le Schuppi. Deux autres mauvaises piqûres ont suivi le premier matin. Comme nous avons pu attraper des poissons à intervalles irréguliers au cours des jours suivants, nous avons décidé de rester complètement au lac pour la dernière semaine de Bruno. Les activités de pêche étaient réparties équitablement, nous ne voyions donc aucune raison de quitter les lieux. Les dernières semaines ont été moins reposantes et j'étais un peu fatiguée par les fréquents changements de mer en très peu de temps. Toujours avec l'arrière-pensée de plaire à mon visiteur, je me suis vite retrouvé à me négliger et j'étais donc plus que prêt pour une pause pêche et j'attendais avec impatience le moment à venir où je serais à nouveau seul.

Au cours des dernières semaines au cours desquelles j'ai eu des visiteurs constants, j'ai encore une fois remarqué à quel point mes opinions et mon comportement changeaient suite au voyage seul. Même si je n'ai pas de « journée de travail » type, je me suis habitué à une certaine routine quotidienne qui me permet de passer la journée en me sentant satisfait et équilibré. Si cela est perturbé, mon équilibre intérieur se dérègle de plus en plus et je deviens de plus en plus maussade et déséquilibré, ce qui peut être perceptible par mon entourage. De nombreuses personnes ont perdu le temps de s’occuper d’elles-mêmes dans leur vie quotidienne trépidante. En raison du flot d'informations provenant de divers médias, il devient de plus en plus facile de se distraire ; vous êtes constamment bombardé de stimuli contre nature. En conséquence, vous vous éloignez inaperçu de votre propre personnalité. Un aspect dont je suis de plus en plus conscient au cours de mes voyages, c'est pourquoi je consomme de plus en plus consciemment les médias et j'évite depuis longtemps toutes sortes d'informations.

Départ anticipé

En plus d'une échelle extrêmement compacte, aussi haute que longue, nous avons pu attraper un Spiegler qui nous avait mordu Michael, Bruno et moi trois fois à des endroits différents en 6 jours, quelle machine à manger !!

Lorsque l'avant-dernier jour le vent était à nouveau si fort au bord du lac qu'il rendait notre pêche presque impossible car la tension sur les lignes devenait si forte que les échangistes se coinçaient sous les flans, les cannes étaient pliées en permanence et nous obtenions les morsures à travers le lac. crochet et prise On ne faisait presque pas la différence entre la pêche et un fort coup de vent. Après avoir perdu quelques poissons, nous avons décidé, par bon sens, de quitter le lac le lendemain, soit un jour avant le départ prévu de Bruno. Aucun de nous n’en était en colère. Nous avons passé la dernière journée orageuse dans une ambiance cosy avec Michael, isolés derrière nos voitures au grill. Pour moi, il était enfin temps de partir pour la région atlantique le lendemain. Cet objectif était clair depuis un moment, mais il a été constamment repoussé en raison de visites spontanées. Une partie du pays jusqu’alors totalement inconnue s’offrait à moi et réveillait à nouveau ma soif d’aventure. Mais j'avais d'abord besoin d'une petite pause pêche...

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

En lire plus

Vantastic Lukas: Ab ins Zentralmassiv | Hammer Tackle
Vantastic Lukas: Burn-out? | Hammer Tackle